Pourquoi utilise-t-on la violence?
  • Pour exercer un pouvoir sur l’autre.
  • Pour contrôler une personne dans le but d’obtenir ce que l’on veut.

Les différentes formes de violence :

La violence psychologique, c’est la plus subtile, la plus difficile à identifier.

  • Ignorer l’autre, bouder pour faire mal
  • Manipuler l’autre pour obtenir ce que l’on veut
  • Dire quelque chose, sans le penser, pour faire mal
  • Lancer des regards méprisants, chargés de jugements
  • Laisser sous-entendre des choses méchantes
  • Empêcher son chum ou sa blonde de voir ses amis
  • Harceler l’autre après une rupture
  • Faire des menaces subtiles
  • Faire douter l’autre de lui-même ou d’elle-même

L’agression sexuelle, c’est tout acte d’ordre sexuel non désiré et imposé à une personne. La victime est forcée par la menace, l’intimidation, la manipulation, la force ou la peur. Si la personne avait le choix, elle n’accepterait pas. L’agression sexuelle est avant tout un geste de violence.

Être forcé(e) à :

  • caresser ou masturber quelqu’un
  • toucher ou être forcé(e) à se laisser toucher
  • embrasser
  • regarder du matériel pornographique
  • se déshabiller
  • avoir un rapport sexuel sans condom
  • prendre de la drogue ou de l’alcool pour avoir un rapport sexuel

L’inceste, c’est toute activité sexuelle (caresses, attouchements, relation sexuelle…) impliquant une personne qui a un lien de parenté, de responsabilité ou de figure parentale avec un enfant de moins de 18 ans. La personne agresse l’enfant et exploite sa vulnérabilité.

Qui peut être cette personne?

Père, mère • Frère, soeur • Grand-père, grand-mère • Oncle, tante • Beau-père, belle-mère • Chum de la mère, blonde du père • Tuteur ou tutrice • Responsable d’une famille d’accueil

La violence verbale, c’est une forme de violence qui est intimement liée à la violence psychologique; c’est la plus directe même si elle est souvent banalisée.

  • Chuchoter, dire, crier ou écrire des méchancetés à/sur quelqu’un
  • Menacer l’autre
  • Insulter, humilier, dénigrer, ridiculiser
  • S’adresser à l’autre par des noms dénigrants
  • S’adresser à l’autre en sacrant

La violence sexuelle :

Le harcèlement sexuel, c’est tout geste, parole ou acte qui est répété et non désiré. Ce n’est pas de la séduction, parce que ce n’est ni souhaité ni réciproque.

  • Frôlements, caresses subtiles
  • Attouchements répétés
  • Insister, « achaler » pour avoir des rapports sexuels
  • Regards indiscrets et insistants
  • Téléphones obscènes
  • Remarques désobligeantes sur ton corps ou sur tes performances sexuelles
  • Promesses à condition d’accorder des faveurs sexuelles

La violence physique, c’est la forme de violence la plus visible, car elle peut laisser des marques.

  • Frapper l’autre
  • Utiliser un objet pour frapper ou menacer l’autre
  • Pincer
  • Pousser
  • Empêcher quelqu’un de passer ou de partir
  • Serrer le cou, tirer les cheveux
  • Lancer des objets
  • Briser des objets auxquels l’autre tient
  • Pointer un couteau ou une arme

Dans une relation violente, le cycle
recommencera. Avec le temps, les agressions
seront de plus en plus violentes et les
périodes de répit de plus en plus courtes.

La jalousie, la possessivité et le contrôle sont des signes avant-coureurs de la
violence; ils ne sont pas motivés par l’amour, quoiqu’on en pense.

 

STATISTIQUES

Abus sexuel :

  • 1 fille sur trois
  • 1 garçon sur six
  • 70 % à 85 % des agressions sont commises par des personnes connues de la victime.

source : Enquête sur la violence envers les femmes, Statistique Canada, 1993

Violence dans les relations amoureuses :

  • 1 adolescente sur trois a déjà vécu de la violence psychologique dans ses relations amoureuses.

source : Enquête sociale de santé, gouvernement du Québec, 2002

 
 
Voici à quoi on reconnaît une relation saine

Dans une relation saine, tu devrais pouvoir être authentique et l’authenticité,
c’est :

  • De respecter ses valeurs et ce que l’on est fondamentalement, avec ses forces et ses faiblesses
  • De pouvoir rester soi-même avec les autres
  • De se sentir respecté(e) même si notre opinion diffère de celle des autres
  • Respect • Écoute • Communication • Amour • Égalité • Plaisir • Partage • Rester soi-même • Liberté

Même dans une relation saine, des disputes peuvent éclater. On peut se
disputer et exprimer sa colère sans être violent. L’important, c’est de régler le
conflit dans le respect, en communiquant et en faisant des compromis.

Une relation égalitaire c’est « je suis moi » et « tu es toi ». Tu restes toi et je reste moi.

Une personne qui vit un abus sexuel ou de la violence…

peut se sentir :

  • Angoissée
  • Coupable
  • Vulnérable
  • En colère
  • Dévalorisée
  • Seule à vivre cette situation, isolée

 

  • Triste
  • Impuissante
  • Anormale
  • Dégoûtée par la sexualité
  • Trahie ou salie

peut avoir peur :

  • D’en parler
  • De ne pas être crue
  • De ne pas pouvoir s’en sortir
  • D’être jugée
  • De la vengeance de l’autre
  • De vivre de la violence à nouveau
  • D’être agressée à nouveau

Elle peut aussi constater ces conséquences :

  • Difficultés à dormir
  • Perte d’appétit
  • Baisse de confiance en soi
  • Baisse d’estime de soi
  • Difficulté à faire confiance aux autres
  • Difficulté de concentration
  • Baisse des résultats scolaires
  • Idées suicidaires
  • Humeur changeante
  • Tension continuelle
  • Dépression
  • Cauchemars et flashbacks
  • Isolement

Comment prévenir ? Clique sur toi!

  • Écoute tes feelings et pars si tu n’es pas bien (va à la section Système d’alarme de la page 11 pour en savoir plus)
  • Exprime clairement ce que tu veux et ce que tu ne veux pas
  • Ne tolère aucune forme de violence
  • Parle et affirme-toi dès que quelqu’un t’embête
  • Apprends à dire NON
  • N’aie pas peur d’être ridicule
  • Reste en contact avec tes amis et ta famille, évite de t’isoler
  • Si tu ne te sens pas à l’aise, rencontre la personne que tu veux voir dans un lieu public
  • Reconnais les situations dangereuses
  • Suis un cours d’autodéfense
  • Change de trottoir si tu te sens suivi(e)
  • Conserve toujours un 0.25 $ d’urgence ou une carte d’appel
  • Crie « AU FEU » plutôt qu’« AU SECOURS » si tu es en danger

Clique sur toi c’est :

t’écouter : c’est porter attention à tes feelings et à ton système d’alarme; écoute-le, car il te prévient quand tu es en danger. Découvre tes propres signaux dans la liste de la section Système d’alarme à la page 11.

t’affirmer : c’est te donner le droit de dire NON, établir des limites et les faire respecter, exprimer tes malaises, briser le silence et dénoncer lorsque tu vis une situation difficile ou dérangeante.

conserver ton réseau social : c’est fréquenter ta famille, tes amis, ton entourage, les gens à qui tu fais confiance. Évite de t’isoler. Entoure-toi de gens respectueux. Parle-leur de toi, de tes difficultés. Va chercher de l’aide si tu vis de la violence dans tes relations amoureuses ou des abus sexuels.

Système d’alarme :

QUAND tu es en danger ou que tu vis un malaise, ton système d’alarme, tes feelings te préviennent. Sois à l’écoute de ces signaux! En consultant ces listes, tu en reconnaîtras certains :

Dans mon corps :

  • Je respire vite
  • Je manque d’air
  • J’ai chaud, je transpire
  • J’ai froid
  • Je tremble

 

  • Mon coeur bat vite
  • Je rougis
  • Mes muscles se contractent
  • Mes mains sont moites
  • Ma voix tremble

Dans mes pensées et mes sentiments, je pense qu’on veut :

  • me faire mal ou me faire peur
  • me rabaisser
  • me harceler
  • me forcer
  • me manipuler
  • m’obliger à faire des choses que je ne veux pas faire
  • avoir le dessus sur moi

Dans mes comportements :

  • Je souris sans en avoir envie
  • Je ris de nervosité
  • J’ai de la difficulté à m’exprimer
  • Je parle beaucoup ou très vite
  • Je fige
  • Je regarde ailleurs
  • Je fuis la conversation
  • Je sursaute plus facilement
  • Je fais semblant de ne pas avoir peur
  • Je ne sais plus comment réagir

PERSONNE NE MÉRITE DE SUBIR UNE AGRESSION OU DE LA VIOLENCE.
TU PEUX T’EN SORTIR… PARLES-EN, VA CHERCHER DE L’AIDE!
BRISER LE SILENCE C’EST SE CHOISIR ET SE RESPECTER!

Quoi faire si tu es victime d’agression sexuelle ou de violence?

  • N’oublie jamais que TU ES UNE PERSONNE IMPORTANTE!
  • Prends la situation au sérieux
  • Rappelle-toi que personne ne doit subir ça
  • Rappelle-toi que tu n’es pas responsable
  • Parles-en à une personne de confiance; obtiens de l’aide
  • Appelle la police ou les services d’urgence
  • Rends-toi à l’hôpital si tu as subi une agression sexuelle
  • Rappelle-toi que tu as le droit de mettre fin à toute relation de violence

Quoi faire si tu crois avoir certains comportements violents ou inquiétants?

  • Sois honnête envers toi-même et questionne-toi.
  • Décide de cesser ces comportements et parle-en
  • Entreprends des démarches concrètes, va chercher de l’aide

Quoi faire pour aider une personne de ton entourage qui a vécu un abus sexuel ou qui est victime de violence dans sa relation amoureuse?

  • Écouter sans chercher à connaître les détails
  • Lui confirmer qu’il, qu’elle a bien fait d’en parler
  • Ne pas juger ni blâmer
  • Croire la personne
  • Respecter
  • Réconforter et soutenir
  • Respecter le rythme, ne pas bousculer
  • L’amener à en parler à un adulte de confiance (référer)
  • Lui dire de penser à elle, à lui
  • Lui dire qu’elle, qu’il n’est pas responsable
  • L’informer qu’elle, qu’il peut porter plainte

Quoi faire si tu es témoin d’abus sexuel ou de violence?

DÉSAPPROUVER LE COMPORTEMENT DE LA PERSONNE EN :

  • lui disant que c’est inacceptable
  • dénonçant, en allant chercher de l’aide
  • n’oubliant pas de te protéger
 
Les drogues du viol

Certaines substances, communément appelées « drogues du viol », circulent de plus en plus au marché noir. Les agresseurs les utilisent parfois.

Selon le type de drogues, la quantité ingérée et la pureté du produit, les effets suivants peuvent se faire sentir :

  • Perte de mémoire (à forte dose)
  • Diminution des réflexes
  • Somnolence
  • Mal de coeur
  • Confusion
  • Vomissement
  • Tremblements
  • Désinhibition
  • Évanouissement, perte de conscience
  • Étourdissements

Pour éviter d’en être victime :

  • Évite de consommer de l’alcool ou de la drogue
  • Ne laisse pas ton verre sans surveillance
  • N’accepte pas un verre d’un inconnu ou d’une personne que tu connais plus ou moins
  • Décapsule toi-même tes boissons
  • Parle immédiatement si tu commences à ressentir les effets décrits ci-dessus
  • Évite de t’isoler
  • Si tu choisis quand même de consommer, sois conscient(e) des effets et des conséquences.
 
Ressources

www.cliquesurtoi.com
www.cpivas.com

ABUS SEXUELS

Pour une victime :

Urgence : 911
CPIVAS (Centre de prévention et d’intervention pour victimes d’agression sexuelle) : (450) 669.9053
Centre de santé des femmes, Cité de la Santé-CHARL : (450) 978.8388
Centre Jeunesse, DPJ : (450) 975.4000
CAVAC (Centre d’aide aux victimes d’actes criminels) : (450) 688.4581
Maison L’Envolée : (450) 628.0907

Pour une personne ayant des comportements sexuels abusifs :
CIDS (Centre d’intervention en délinquance sexuelle) : (450) 967.3941

VIOLENCE DANS LES RELATIONS AMOUREUSES

Pour une victime :

Urgence : 911
CAVAC (Centre d’aide aux victimes d’actes criminels) : (450) 688.4581
Maison l’Esther : (450) 963.6161
Maison Le Prélude : (450) 682.3050
Bouclier d’Athéna : (450) 688.6584
SOS violence Conjugale : 1.800.363.9010

Pour une personne qui a des comportements violents :

MAJL (Mesures alternatives jeunesse de Laval) : (450) 663.7674
CHOC (Carrefour d’hommes en changement) :(450) 975.2462

Autres :

Ligne de prévention du suicide de Laval : (450) 629.2911
Tel-Jeunes : (514) 288.2266
CLSC du Marigot : (450) 668.1803
CLSC des Mille-Îles : (450) 661.2572
CLSC du Ruisseau-Papineau : (450) 687.5690
CLSC Sainte-Rose : (450) 622.5110

 
Vrai ou Faux

1. Le style d’habillement ou le comportement d’une personne peut être la cause de l’agression sexuelle.

2. On peut reconnaître les personnes violentes, on s’en rend compte rapidement.

3. C’est surtout l’alcool et la drogue qui causent la violence ou les agressions sexuelles.

4. La victime d’abus sexuel est responsable de briser la famille si elle dénonce l’inceste.

5. C’est facile de mettre fin à la violence : il suffit de quitter son chum, sa blonde.

6. C’est toujours le même genre de fille et de gars qui se retrouve à vivre de la violence.

7. C’est de la violence sexuelle quand quelqu’un insiste pour faire l’amour alors que l’autre lui a dit non.

8. Dans la majorité des cas d’agression sexuelle, la personne qui agresse a des problèmes de santé mentale et est inconnue de la victime.

9. Un vrai gars ne peut être agressé sexuellement.

10. C’est seulement dans les familles où il y a de la violence que l’on rencontre l’inceste.

 

réponses

1. L’apparence physique, l’habillement ou l’attitude d’une personne n’est pas la cause de l’agression sexuelle : personne n’est trop irrésistible et la personne qui agresse est l’unique responsable des gestes commis. On peut être séduit ou excité par quelqu’un, mais on peut tous contrôler notre excitation. Il faut se rappeler que le but premier d’une agression n’est pas d’avoir du plaisir sexuel, mais bien d’humilier et de contrôler sa victime. FAUX

2. Il ne faut pas se fier aux apparences. La violence se retrouve dans toutes les classes sociales et dans tous les groupes ethniques. FAUX

3. L’alcool ou la drogue ne rend pas violent. Si c’était le cas, toutes les personnes saoules seraient violentes. L’alcool et la drogue servent juste d’excuses à la personne qui commet les gestes. FAUX

4. La seule personne qui est responsable de briser la famille est celle qui a commis les gestes d’agression. FAUX

5. Même si on cesse la relation, la violence peut malheureusement continuer. Certaines personnes peuvent continuer à harceler, à menacer ou à agresser leur ex. Il faut prendre les moyens pour arrêter cette violence : dénoncer, obtenir de l’aide, porter plainte. FAUX

6. N’importe qui peut être susceptible de vivre de la violence. On perçoit souvent ces personnes comme étant naïves, soumises, sans personnalité et pourtant, ce n’est pas le cas. FAUX

7. Dès que la personne exprime un refus, l’autre doit respecter son choix. Il est inacceptable d’exercer des pressions sexuelles et de menacer l’autre pour avoir un rapport sexuel. Il s’agit d’un acte criminel. VRAI

8. Dans la majorité des cas, la victime connaissait son agresseur. Seulement une minorité d’agressions sont commises par des personnes ayant des troubles de santé mentale. Il faut se rappeler que l’agression est avant tout un abus de pouvoir. FAUX

9. Un garçon qui sait très bien se défendre peut quand même figer lors d’une agression sexuelle. Il s’agit d’un préjugé de croire qu’il est faible ou homosexuel s’il n’a pas été en mesure de se défendre. FAUX

10. On peut retrouver l’inceste dans n’importe quelle famille. Les gestes incestueux peuvent être faits sans laisser de traces de violence physique. FAUX